TuneGlue: Music Mapping


Il y avait bien longtemps, plus de deux mois, j’écrivais le dernier article de ce blog. J’ai décidé de m’y remettre, malgré l’absence flagrante de lecteurs. Malgré le fait évident que le monde bouge énormément, les combats restent les memes.

Coté news : J’ai récemment découvert un site web basé sur du Flash où une animation, très bien faite de surcroit vous permet de découvrir des groupes de musiques qui sont proches de ceux que vous écoutez. Ca paraît simple, mais l’interface en forme de toile d’araignée et très agréables et pour ceux qui veulent plonger plus profondément dans leur univers musical seront ravis !

Desolé pour le screenshot, il faut que je me trouve un outil de capture digne de ce nom !

Le nom de ce petit bijou ? TuneGlue, disponible ici : http://audiomap.tuneglue.net/

 [Spoiler] Prochain article sur Thanksgiving. Oui je l’avoue, j’aime les dindes.

Advertisements

Un plaidoyer pour la lecture (Part. II)


J’ai décidé de donner une suite à un billet que j’estimais inachevé. Comme tous les bons scénaristes d’Hollywood, je fais une suite à ce que j’ose appeler un succès (?) puisque c’est le billet le plus lu de ce blog.

Dans ce billet, rappelez-vous, je faisais l’éloge de la lecture en vantant ses mérites blablabla. Il s’en est suivi un commentaire de Joe Gourdin, qui, en tant que bibliothécaire, avait une vision à défendre. Pour lui, la lecture et les livres étaient, avant tout, une source d’informations non négligeable. J’ai réfléchi et je me suis dit que j’avais pas mal de choses à dire sur ce sujet.

Tout d’abord, la compréhension. Cela rejoint le fait que les livres sont une source d’informations non négligeables. Pour ma culture personnelle, j’ai acheté un livre très intéressant sur le langage et l’apprentissage du langage tout au long de la vie. “A little book of language” de David Crystal. Je ne sais pas s’il a été traduit, ce que je ne pense pas, tellement l’écriture de ce livre plonge profondément dans les racines de la langue anglaise et qu’il serait difficile de traduire cela sans refaire une étude comparable pour chaque langue. J’ai appris plein de choses. Par exemple, sur la symbolique picturale, l’expansion de certaines langues par rapport à d’autres, la modification des processus de lectures et d’apprentissage, etc. Chaque livre que nous lisons est une arme supplémentaire contre l’obscurantisme. La culture rejoint la compréhension et on ne peut faire certains choix avec justesse, qu’avec la compréhension nécessaire.

La concentration est également une valeur apportée par la lecture. Nous vivons dans une société de l’instant, de l’immédiat. On râle parce que le serveur de ce fast-food tarde à nous apporter notre hamburger plein de gras. On râle parce qu’Internet “marche plus”. On râle parce qu’il y a des embouteillages. On râle pour un tas de raisons. Pourquoi râle-t-on ? Tout simplement, parce que nous avons perdu la patience. Prendre le temps de lire nécessite de la concentration et aide à développer cette faculté.

La lecture stimule l’imagination. On se plaint de tous ces gosses de 12 ans qui regardent “Texas Chainsaw Massacre” ou encore “ Saw” ( Quoique j’adore cette série de films pour leurs rebondissements sans fin 🙂 ). Un jour, quelqu’un (et je m’en veux d’avoir oublié qui !) m’a dit: ça ne me dérange pas que mon enfant de 10 ans lise Jurassic Park ( De Michael Crichton) mais je ne veux pas qu’il regarde le film. Un livre stimule l’imagination et l’enfant, l’adolescent se forge lui-même l’univers du livre dans lequels les personnages évoluent. On ne lui impose pas ses images, il les conçoit lui-même. Et ceci est un petit pas pour l’enfant, mais un grand pas pour la créativité. Vous allez me dire, mais le jeu vidéo, est-ce que c’est plutôt un livre ou film ? C’est une catégorie à part. Dans beaucoup de jeux, la personnalisation du personnage et l’implication dans le déroulement du jeu, donne à l’enfant le sentiment d’évasion, qui comble celui de l’imagination, puisque les images sont imposées à l’enfant. Néanmoins, il se sent comme vivre ses aventures et va le rejouer, il est donc créatif.

Comme je l’ai expliqué dans la première partie, la lecture est aujourd’hui mal vue dans une société où prime l’abrutissement. Le culte de la mauvaise note ( la notation est, ma fois, pas toujours utile mais ce n’est pas la question) a conduit à un matérialisme exubérant.

La connaissance est la clé du libre arbitre

Remixjobs: Trouve ton job !


Au cours de mes pérégrinations webesques, j’ai découvert un site vraiment bien. Il date d’il y a pas longtemps (Impossibilité de vous donner une date).

Ce site c’est : https://remixjobs.com/

C’est un site proposant pas mal d’offres d’emploi dans le secteur de l’info et petite particularité que j’ai trouvé intéressante, c’est la présence d’un wiki !

Le wiki: https://remixjobs.com/metier/Accueil indique un résumé de la plupart des métiers du web et de l’info, assez bien expliqués, bien qu’on sente une faible activité sur certains articles.

En résumé, c’est bien construit, ça tient la route et c’est utile !

(NdA: Le titre du billet est naze, je le conçois totalement)

Une visite au supermarché


Non, ce billet n’a rien à voir avec la majorité des billets au sein de ce blog qui traitent de sujet, plus universitaires, dirais-je.

L’autre jour, je faisais mes courses, comme tout le monde, dans un supermarché, plutôt un hyper, en fait, membre d’une coopérative dont je tairais le nom et j’ai été dégoûté. Suite à mon long séjour en Allemagne, cela faisait presque 3 mois que je n’avais pas mis les pieds dans un “vrai” hyper, ne fréquentant que des petits magasins indépendants.

Je me suis senti mal, mais vraiment mal, une sorte de haut-le-coeur. Peut-être, suis-je devenu misanthrope, sociopathe, pastafariste, que sais-je ? J’ai donc acheté des chewings-gums et je me suis saisi de mon clavier et ai commencé à chercher des informations, des forums, des gens qui avaient des choses à dire sur ce sujet et je suis tombé sur le scandale des marges arrières.

Bien sur, le gouvernement français a mis en place des lois contre ses pratiques ignobles. Les applications concrètes de ces lois influant sur le montant et la composition du SRP ( Seuil de Revente à Perte ) n’ont conduit qu’à une seule issue: le développement de “Remises de fin d’années”, de “bonus annuels” et autres paravents.

Licence CC Attribution Polycart/Flickr

Mais, cela est bénéfique pour le petit agriculteur ou le petit entrepreneur, me diriez-vous ? Evidemment, non puisque c’est lui, ou elle, qui va devoir rétrocéder un certain montant au grand magasin en question.

En fait, le petit agriculteur ou l’entrepreneur va perdre de l’argent en vendant ces produits. D’autre part, certaines enseignes obligent ces petites entreprises après un contrat de 2/3 ans à un référencement national, avec une garantie de réassortiment dans les 48h en france métropolitaine.

Mais à part ça, on ne tue pas les petites entreprises 😉

Kubuntu: Un narval très très classe


Ca y est, j’ai sauté le pas, pris mon courage et mon clavier à deux mains et j’ai viré window$ de mon ordinateur. Pas mal de monde au sein de mon entourage étant sous Ubuntu, j’ai encore une fois joué la carte du “non, je ne suis pas comme toi” et j’ai téléchargé Kubuntu 11.04 Natty Narwhal.

Pour l’installation, tout se passe bien, des petites vignettes m’invitent à découvrir les programmes développés chez KDE, puisque je suis sur Kubuntu, mais aussi Picasa, application provenant de nos amis de Gougeule, qu’ils ont sortis comme Freeware pour appater les rapaces alors que ce n’est pas de l’open source. Une belle brochette de …

J’ai une mauvaise nouvelle et une bonne nouvelle. La mauvaise c’est que ma carte-wifi embarqué n’avait pas de pilote libre. La bonne nouvelle, c’est que les programmeurs ont bien travaillés, en 3 clics et autant de lignes sur la Konsole ( Oui j’adore les noms chez KDE ), j’avais Internet, en wifi.

Coté virus, c’est la panacée, il n’y a quasiment rien. Le seul point d’ombre reste les ports qu’on oublie de fermer, les password à 4 caractères, etc …

Linux For Humans Beings

Tout ça pour dire que Kubuntu, je verrais à l’usage, mais pour l’instant, cela reste loin devant ma piteuse expérience, et pourtant si longue, que j’ai eu avec window$.

Heureusement chez KDE, je n’ai pas eu à supporter Unity. Un petit clin d’oeil à Joe Gourdin, qui n’a jamais su me comprendre de toute façon 😉

FreedCamp: Tip or Trick ?


Freedcamp : The Free Project Management System, est un site web spécialisé dans la conduite de projets lorsqu’on travaille avec des collaborateurs par télé-travail par exemple. Créer son projet est simple, voire trop simple. Un seul point négatif, c’est l’absence du français, mais bon, entre nous, pour  ce genre de services, on peut bien s’exprimer en anglais ou en allemand.

Fonctionnalité intéressante, on peut créer des tâches avec un nombre d’heures pour le faire, un calendrier peut être crée, un espace fichier de de 20 MB est disponible. Oui 20MB. Sachant qu’un serveur privé gratuit (Je fais de la pub à RedHeberg 🙂 ) est de 200 Mo, un projet n’aura pas grand mal à naître si vous prenez un serveur privé. Si vous êtes un peu plus fainéant, une option est disponible pour acheter de l’espace, à la WordPress.

Une espèce de Forum interne est disponible, utile, utile. On peut même créer des factures, je ne vois pas l’utilité immédiate, mais pourquoi pas ? FreedCamp est vraiment un espace pour la collaboration avec une fonction de notification par e-mail vraiment utile, si votre collaborateur a oublié l’existence de votre projet.

Un petit screenshot pour que vous voyiez l'engin. Quoi ? Open Brain Forum ? Non c'est une surprise 😉

FreedCamp, c’est gratuit, je trouve ça beau, le gros point négatif, ça reste la taille du stockage de vos documents.

http://freedcamp.com/

Un plaidoyer pour la lecture


Les livres, aujourd’hui, sont un loisir boudés par une majorité comme j’en dresse le constat dans un article précédent de mon blog. “Les livres sont dépositaires de la sagesse des anciens”. Je ne sais pas qui a sorti cette connerie, mais on devrait le pendre.

Les livres sont une transmission du savoir entre personnes et permettent une interaction
différente que celle que l’on peut avoir avec un e-book, une émission de télévision
abrutissante ou une émission de radio.

Ceci est un plaidoyer pour la lecture. Non, ce n’est pas parce que je suis un geek, un nerd,
un nolife ou tout ce que vous voudrez, et qui d’ailleurs relève plus de l’insulte ou de la
nécessité de tout ranger dans une case que du réel intérêt pour une certaine catégorie de gens.

Vivons à contre-courants. Lisons.

Je pense que dans ce monde, la lecture est un loisir qui ne perdure pas. Pourtant, lorsque
j’ouvre un livre, c’est un monde qui s’ouvre à moi, une fresque humaine qui se déroule devant mes yeux. Je vais vous paraître certainement étrange, mais lorsque je lis, il m’arrive de m’arrêter et de lire et relire un paragraphe, un passage, une phrase, juste parce que je trouve ça beau.

S’émerveiller des choses les plus simples de la vie, n’est-ce pas vivre ?

Alors vivons, avant de replonger dans les torrents effrénés de nos vies.

Mon conseil santé: Si vous avez une terrasse, un jardin, un parc devant chez vous, ou quelque chose pour s’asseoir à l’exterieur,asseyez-vous et lisez.

Pour moi, le cocktail reposant du dimanche matin, reste un jus d’orange et un café à la terrasse d’un café berlinois avec une Ben$on & Hedge$ ( Je ne veux pas faire de publicité) en lisant la révolte d’Atlas d’Ayn Rand, qui est un livre discutable mais dont la portée, je le crois sincèrement, est trop importante pour l’oublier.